Sélectionner une page

En Île-de-France, comme ailleurs, l’activité fusion-acquisition a été globalement suspendue pendant la période de confinement. Nous observons ainsi une baisse de 25 % des opérations de fusion-acquisition sur la période et nous estimons qu’environ la moitié de ces opérations sont reportées au second semestre et l’autre moitié ne se réalisera pas en raison du changement de stratégie des acquéreurs. À fin août 2020, on comptabilise 312 opérations (deals M&A et LBO communiqués) contre 416 pour la même période en 2019, soit une baisse de 25 % ; cela étant, le même volume pour 2018 était de 270 opérations. Sur 2020 comme sur 2019, l’Île-de-France s’impose comme la région la plus active. Elle représente 38 % des transactions en France, alors qu’elle accueille 24 % des PME nationales. Près d’une opération sur deux dans la région concerne des entreprises entre 1 et 5 M€ de valorisation. Sans surprise, l’activité de fusion-acquisition est quasiment à l’arrêt dans les secteurs les plus durement frappés par la crise : tourisme, hôtellerie, événementiel, aéronautique (voir le graphique correspondant).

 

Retrouvez l’intégralité de l’entretien à cette adresse : https://www.actu-juridique.fr/affaires/entreprise/lincertitude-pese-sur-lactivite-fusion-acquisition-en-ile-de-france/